Education : Difficile année 2020 pour l'action sociale à Mayotte

© France Mayotte Matin

Education : Difficile année 2020 pour l'action sociale à Mayotte

A l'occasion d'un bilan de l'action sociale depuis l'année scolaire 2019-2020, l'académie de Mayotte revient sur une période qui fut compliquée. Les difficultés rencontrées par les élèves et les enfants à Mayotte, bien différentes de celles des autres départements français, ont en effet été accentuées par la crise du Covid-19 et les différentes mesures sanitaires déployées par la préfecture. Un article de notre partenaire France Mayotte Matin.

 

Le bilan de l'action sociale au sein de l'académie de Mayotte en 2020, comme l'année elle-même l'a été pour tous les secteurs d'activité, est bien sombre. Car, si le virus du Covid a privé les élèves mahorais de nombreuses semaines de cours, d'autres problématiques spécifiques au 101ème département français compliquent la tâche du service social scolaire. En effet, les mineurs isolés, les cas de grossesse précoce, la grande précarité, les fugues, le manque d'accès au droit, l'absentéisme, les conduites à risques, addictives ou sexuelles, sont autant de troubles affectant les élèves des 22 collèges et 11 lycées de l'île au lagon.

Plus de la moitié des demandes de service social émanent des élèves eux-mêmes

La surpopulation des établissements scolaires, et notamment du premier degré, est d'ailleurs un autre problème entravant les missions de l'action sociale : « Les effectifs élèves ne cessent d’augmenter. Il y a 188 écoles du premier degré, ce qui est très en dessous des besoins, certaines écoles sont obligées d’accueillir les enfants par rotation compte tenu d’un nombre insuffisant de classes.
La population du premier degré s’élève à 52290 élèves », précise le document de l'académie. Sur tous les élèves pris en charge en 2020, les jeunes filles sont bien plus présentes que les garçons. Selon l'académie de Mayotte, « cela peut s’expliquer par les problématiques diverses et spécifiques concernant les jeunes filles, notamment sur les problèmes liés à la sexualité, aux grossesses, à l'accompagnement des jeunes mères, l'IVG, les violences sexuelles... ». 

Tous ces facteurs font que les filles éprouvent davantage la nécessité de trouver un espace d’écoute et un accompagnement psycho-social par l’assistant social.

Plus de 5000 nouveaux élèves sur ces deux dernières années

Les élèves sont d'ailleurs les principaux demandeurs de service social, et ce dès le collège. En effet, 54,6% des saisines au SSFE (service social en faveur des élèves) de Mayotte sont effectuées par ces derniers. Pour l'académie, ce chiffre récompense les visites des assistants sociaux dans les classes, dès la sixième, et à toutes les rentrées, afin de présenter leurs missions.
Les principales difficultés rencontrées par celles et ceux qui sollicitent une aide sont d'ordre sociales et économiques (73% des de- mandes). Viennent ensuite l'accès aux droits, les difficultés intrafamiliales et les violences familiales, la scolarité, et la santé et le bien-être.

Si l'année 2020 a été plus que compliquée pour les acteurs sociaux au sein de l'académie de Mayotte, le rectorat a pris des mesures à l'orée de la rentrée 2020-2021. Ainsi, un nouveau poste d'assistant social a été créé pour cette année scolaire.

Destiné à exercer dans le secteur nord (lycée du Nord et collège de Mtsamboro), il viendra compléter l'équipe déjà riche de 23 assistants sociaux du SSFE et d'un assistant social du personnel. Pour l'action sociale, il n'y a pas le choix : il faut que la courbe des effectifs suive coûte que coûte la croissance exponentielle des élèves sur l'île. En seulement deux ans, ce sont effectivement plus de 5000 enfants qui ont rejoint les bancs des écoles mahoraises !

Axel Nodinot